Déjà la moitié de Bad Dreams Justice !

 

Bonjour à tous ! Avec ce troisième chapitre de Bad Dreams Justice, la publication en est déjà à la moitié ! Tous les éléments permettant à l’intrigue de se dérouler sont désormais en place… J’espère que ça vous plaira !

 

Je tiens à remercier l’accueil chaleureux par rapport à la page Facebook : nombreux sont ceux qui ont répondu à l’appel, et ça fait chaud au cœur. Sur ce, il est temps de vous donner le chapitre du jour ! Et attention, en PDF, mais aussi en ePub, pour les liseuses ! N’ayant pas pu tester les fichiers ePub moi-même, j’attends vos retours par rapport à la qualité du fichier, car c’est un peu flou pour moi. De plus, les ePub ne peuvent être hébergé sur ce WordPress : du coup, les liens vous redirigent vers Dropbox pour les télécharger directement. Simple et efficace malgré tout !

 

Bonne lecture à tous !
Pour télécharger le troisième chapitre de Bad Dreams Justice en PDF, cliquez ici !

Pour télécharger le troisième chapitre de Bad Dreams Justice en ePub, cliquez ici !

 

Edit : Les ePub ne rendant pas bien sur liseuse, je vais voir pour améliorer ça avant de les remettre. Ils sont donc retirés pour l’instant, c’est normal !
Edit 2 :

 

 

Bad Dreams Justice – Chapitre 3

 

Nox se leva tôt le matin. Il avait rendez-vous avec un Agent à la salle d’entraînement que lui avait montrée Thunder la veille. La tête encore endormie, il prit quelques secondes à se remettre en ordre les événements qui avaient défilés depuis deux jours. L’appel de la Brigade, son affectation à la Bad Dreams Justice, son changement de nom, les agents. Il avait beau tenter de faire le tri dans sa tête, tout cela faisait beaucoup. Il se résolut néanmoins à mettre de côté ses pensées, et se prépara à rejoindre l’Agent.

Sa chambre était tout ce qu’il y avait de plus confortable : un lit moelleux, une télévision au mur, un tapis de course, des placards où il avait placé les quelques affaires qu’il avait emportées, et même un frigo et quelques rangements où était stocké de quoi se nourrir pour un mois, minimum.

« Au moins, niveau autonomie, ça me dépayse pas trop », pensa-t-il en se levant.

Prenant sa douche, il chanta comme à son habitude, repensant à ce bon vieux monsieur Imber.

« Ici, je risque pas de le déranger en chantant. Qui sait, je vais peut-être finir par lui manquer. »

Il se demanda tout de même si quelqu’un risquait de l’entendre : il s’était écroulé de fatigue sur son lit, après qu’un des deux Agents l’ait guidé jusqu’à sa chambre la veille, et il ne savait donc pas s’il avait des voisins. A vrai dire, des autres membres de la BDJ, il n’avait croisé que Thunder.

« Si ça commence comme ça, je vais passer pour un asocial ici aussi. »

Après s’être douché et habillé, il engloutit d’une traite un des yaourts à boire qui se trouvaient dans le frigo, et s’empressa de rejoindre la salle d’entraînement.

 

***

 

L’Agent l’y attendait, debout au milieu de la salle d’entraînement, les mains en retrait dans son dos. Une stature aussi imposante que sévère qui fit froid dans le dos à Nox. Il tenta un petit « Vous êtes bien matinal ! », ce à quoi l’Agent fit mine de répondre en lui tendant la main pour le saluer.

« Décidément, je saurai jamais comment les aborder ces deux-là », se dit-il en lui serrant la main.

Il nota une forte poigne, même si l’Agent ne semblait pas forcer ou exagérer ses gestes.

« J’aimerais pas avoir à me frotter à eux. »

Mettant un terme à ses pensées, son interlocuteur prit la parole.

« Asseyons-nous là-bas », dit-il en désignant un bureau avec deux petits fauteuils.

Ils prirent place, et l’Agent expliqua le but de cette séance :

« Nous allons mettre au point un entraînement spécifique à vos capacités. Pour cela, je vais vous poser quelques questions, auxquelles vous allez me répondre en réfléchissant le moins possible. Vos réponses me permettront de définir la méthode la plus efficace pour votre objectif, à savoir la maîtrise de vos rêves. »

Nox accepta le programme sans broncher, et l’interrogatoire commença.

« Tout d’abord, avez-vous des horaires de sommeil réguliers ?

–          Oui, je dors toujours plus ou moins aux mêmes horaires.

–          Vous réveillez-vous souvent dans la nuit, ou dormez-vous plutôt sans ouvrir l’œil ?

–          Sans ouvrir l’œil je dirais, il m’arrive d’avoir des minutes d’éveil, mais pas plus.

–          Combien d’heures dormez-vous en moyenne par nuit ?

–          Moins de six heures. C’est compliqué de dormir plus dans ma branche.

–          Avez-vous des difficultés à vous endormir ?

–          Non, je m’endors très rapidement.

–          Sur une échelle de 1 à 10, à combien estimeriez-vous la qualité de votre sommeil, 10 étant la qualité la plus haute ?

–          Hmm, je dirais 7. Même si récemment, ça n’a pas été trop ça.

–           Avez-vous déjà eu des paralysies du sommeil ? »

Nox ne répondit pas de suite, et finit par déclarer d’un air gêné :

« Je ne sais pas ce que c’est. »

Sans lui tenir rigueur de quoi que ce soit, l’Agent lui expliqua très simplement :

«  Il s’agit d’une paralysie musculaire au moment de l’endormissement ou du réveil, souvent accompagnée d’hallucinations et de la sensation d’une présence angoissante dans la chambre. »

Nox fut pris de cours : l’Agent avait débité ça sans la moindre hésitation, comme si ce n’était qu’un élément parmi tant d’autres. L’espace d’un instant, il s’amusa à imaginer l’Agent détenir un savoir encyclopédique sur de nombreux sujets qui n’intéressent que peu de monde. Il se ravisa toutefois pour lui répondre.

« Non, je n’en ai jamais eue.

–          Avez-vous régulièrement des hallucinations auditives ou visuelles au moment de vous endormir ou à votre réveil ? »

Là encore, Nox marqua un temps d’arrêt. Devinant le pourquoi du comment, l’Agent explicita :

« Il s’agit de fragments d’images, et parfois de sons qui se produisent durant l’état hypnagogique entre l’éveil et le sommeil.

–          Hypnagogique ?

–          C’est l’état de conscience atténué pendant lequel l’accès aux cinq sens est toujours possible bien que diminué. C’est notamment propice à différents troubles sensoriels, qui expliquent par exemple les récits d’apparition de fantômes ou d’enlèvement extraterrestre.

–          Heu, non, je n’ai jamais eu ce genre d’hallucinations avant de m’endormir, répondit Nox d’un air bluffé.

–          Bien. De combien de rêves vous souvenez-vous par nuit ?

–          Un de temps en temps, comme tout le monde j’imagine. »

L’Agent marqua un temps d’arrêt, comme si la réponse de Nox l’avait dérangé. Visiblement, il ne semblait pas d’accord. Mais il continua son interrogatoire.

« Vos rêves vous semblent-ils très intenses et particulièrement réels, ou au contraire plutôt flous ?

–          En ce moment, ils me paraissent plutôt intenses. Très réalistes.

–          Enfin, avez-vous déjà fait des rêves lucides ?

–          Lucides, je ne dirais pas ça. Mais il m’arrive de me rendre compte que je suis dans un rêve. Généralement, le rêve s’arrête à ce moment-là. »

Profitant d’un moment de blanc, Nox laissa parler sa curiosité :

« Du coup, ça sert à quoi toutes ces questions ? »

Son interlocuteur posa les coudes sur le bureau, les mains entremêlées. Pour la première fois, l’Agent laissa paraître une mine moins sévère, lorsqu’il répondit :

« Votre don vous permet d’entrevoir le futur, sans savoir quand votre vision aura lieu. De plus, vous apercevez un des chemins possibles, comme nous vous l’avons expliqué hier. Or, il y en a toujours au minimum deux, et il n’y a pas de limites définies quant à leur nombre. Le but est de vous entraîner à maîtriser vos rêves, et en tirer avantage. Si vous maîtrisez vos rêves, et que vous parvenez à vous en sortir face au futur que vous apercevez, alors tout sera plus facile en situation réelle.

–          Donc je dois apprendre à gérer mes rêves, et les exploiter ?

–          C’est ça.  Grâce à vos réponses, j’ai pu définir les meilleures méthodes pour vous. Retenez bien ce que je vais vous expliquer. »

Nox sentit en lui un léger coup de pression, et prêta une oreille attentive au colosse qui lui faisait face. Il se sentait comme un jeune de retour sur les bancs de l’école, face à un professeur qui visiblement n’avait pas une seconde à perdre.

«  Tout d’abord, sachez que les rêves interviennent dans le dernier cycle de votre sommeil, qui dure environ 1h30. Pour favoriser la mise en place d’un rêve lucide, vous devez optimiser votre sommeil. Votre alimentation, par exemple, peut jouer un rôle, même léger. Vous comprendrez que nous allons suivre la voie la plus rapide pour votre entraînement, et je vous arrête tout de suite : chaque moment de la journée sera mis à profit, votre programme ne comprend pas qu’un entraînement à la maîtrise de vos rêves. »

Nox acquiesça. L’Agent continua :

«   Vous allez donc manger des fruits, et je ne plaisante pas. La banane, par exemple, qui est riche en vitamine B6 et en tryptophane, favorise la production de sérotonine et mélatonine, les hormones de la bonne humeur et du sommeil. Cela contribue à la remémoration onirique. La myrtille, elle, est riche en flavonoïdes et permet ainsi une augmentation de l’écoulement du sang dans le cerveau et donc des capacités cognitives. Il existe bien sûr beaucoup d’autres aliments, ce ne sont que des exemples : le thé vert a ainsi les mêmes propriétés que la myrtille, par contre son effet légèrement stimulant fragilise le sommeil. C’est à vous de voir, selon vos sensibilités propres. »

Nox en était pantois. Il ne s’était pas trompé en voyant l’Agent comme une source de savoir encyclopédique ! Cela dit, après réflexion, il s’imagina que si celui-ci en savait autant sur ces sujets, c’est parce qu’ils étaient liés à son pouvoir : il avait dû se renseigner avant de pouvoir lui raconter tout ça. Quoi qu’il en soit, l’Agent se montrait plein de surprises. Celui-ci poursuivit :

«  Ceci n’est qu’un préambule, la maîtrise de votre alimentation sert à favoriser le déclenchement de rêves lucides, et améliorer un tant soit peu la stabilité du sommeil. Cela dit, il existe d’autres mécaniques permettant de favoriser votre dynamique de songe. Vous allez devoir continuellement réexaminer l’environnement perçu et votre état de conscience : penser à ce que vous faisiez 5, 10 minutes auparavant, vous demander le jour de la semaine, lire un texte, détourner le regard et le relire pour voir s’il s’agit du même. Appuyer sur un interrupteur pour voir s’il fonctionne. En imprimant cette mécanique de test de la réalité, vous saurez prendre conscience de vos rêves très rapidement.

–          Excusez-moi mais, ces mécaniques, il faut les imprimer, les travailler. Ça va me prendre des mois !

–          Ne vous inquiétez pas. Votre cerveau a déjà commencé à réagir différemment. Cela arrive lorsque ce don entre en éveil. Dans votre cas, nous pensons à un entraînement de quelques jours, tout au plus. Tout ce dont je viens de vous parler ne sert qu’à déclencher le rêve lucide. Cela ne vous sera peut-être que très peu utile : votre problème actuel va plutôt survenir dans la stabilisation de votre état de conscience. »

Nox ne répondit pas. Effectivement, jusque-là, quand il avait pris conscience qu’il rêvait, il s’était aussitôt réveillé. Cela dit, c’était arrivé très rarement. Ou alors, il ne s’en souvenait pas. L’Agent poursuivit :

« Je vous ai parlé de la création du rêve lucide, maintenant je vais vous parler de sa stabilité. Une fois dans un rêve lucide, vous devrez tout d’abord moduler vos émotions. Concentrez-vous sur une tâche, même la plus anodine, et vous calmerez l’euphorie qui risque de vous envahir et détruire le rêve par la même occasion. Effectuez des tests de réalité pour vous ancrer dans le rêve. Et surtout, fixez-vous un but. Quel qu’il soit, il faut toujours que vous ayez un but, même s’il s’agit uniquement de faire 100 mètres à pied.

–          C’est bien joli tout ça, mais ça a l’air vachement plus simple à dire qu’à faire.

–          J’y viens. Il existe deux méthodes que vous allez pouvoir exploiter. La première, c’est la méthode MILD. Il s’agit de se concentrer, avant de se coucher, sur l’envie de se souvenir de vos rêves à votre réveil. Tout en maintenant cette envie, il vous faut imaginer que vous êtes dans un rêve lucide. Imaginez ce que vous feriez : vous pouvez tout imaginer. Voler, vous téléporter, tout cela vous est accessible en rêve lucide. La dernière chose dont votre esprit doit se souvenir avant de vous endormir, c’est cette volonté d’être lucide.

–          Ok, ça, ça me paraît plutôt simple. Et l’autre méthode ?

–          Il s’agit de la méthode BALISE. Comme son nom l’indique, il s’agit de baliser son rêve lucide dès lors qu’on y accède. Ainsi, dès que vous prenez conscience de votre état de songe,  écrivez un mot. Avec un stylo, ou votre doigt, sur un mur, par terre, ou en l’air. J’ai perfectionné pour vous cette méthode : imaginez que vous écrivez le mot « Base ».

–          Pourquoi celui-ci et pas un autre ?

–          C’est un exercice pour votre cerveau.  » B » pour « Balise », « A » pour « Analyse », et là vous placez un test de réalité, par exemple en vous demandant comment vous êtes arrivé là. « S » pour « Stabiliser », via une méthode de stabilisation sensorielle, comme le fait de se frotter les mains. Et enfin « E », le plus important. »

Devant le temps d’arrêt marqué par l’Agent, Nox se sentit très impatient. Comme un enfant qui attend de savoir quelle est la surprise qu’on lui a préparée. Il ne réalisait pas encore l’étendue du programme que lui préparait l’homme en face de lui, lorsque celui-ci annonça :

« « E » pour « Explorer ». Le point phare de notre programme. »

L’excitation que ressentait Nox se multiplia. Oubliant tout scepticisme à l’égard de son prétendu pouvoir, il s’imaginait déjà parcourir ses rêves et les modeler à son gré. Pourtant, il avait une question, et pas des moindres.

« J’imagine qu’il faudra de la pratique pour exploiter toutes ces pistes par rapport à mon… « don » comme vous dîtes. Cependant, vous n’avez parlé à aucun moment de potentiels risques ou dangers. »

A ces mots, l’Agent répondit fermement :

« Il n’y en a tout simplement pas. Votre corps de rêve ne peut ressentir aucune douleur obtenue dans le rêve, par contre, sachez qu’une douleur physique sur votre corps réel peut se ressentir en rêve. Cela dit, en rêve lucide, avec beaucoup de pratique, vous pouvez vous affranchir de votre corps onirique. Vous pouvez transférer votre âme dans le corps d’un animal, ou d’une autre personne, voire même déplacer votre conscience librement. Attention cela dit aux faux réveils.

–          Aux faux réveils ? Comment ça ?, demanda Nox, surpris.

–          Lorsque vous êtes lucide dans un rêve, vous savez que vous allez vous réveiller, c’est une certitude. Or, les certitudes, à l’instar des croyances, ont tendance à vite devenir réalité dans un rêve lucide. Vous risquez alors de vous réveiller dans votre rêve, perdant de ce fait votre lucidité.

Tentant de se remémorer l’ensemble des informations qu’on venait de lui délivrer, Nox proposa une solution à ce problème :

« Du coup, si je me réveille dans mon rêve, j’ai juste à faire un test de réalité ?

–          Si vous le pouvez, oui. Mais il est plus probable que vous passiez simplement de l’état de lucidité à celui d’inconscient, faisant alors un simple rêve classique jusqu’à votre véritable réveil. Autre chose : lorsque vous vous réveillez pour de bon, ayez toujours en tête que tout ce qu’il s’est passé dans la nuit relève du rêve et rien d’autre. Vous pourriez vous retrouver blessé gravement au cours d’un rêve lucide, au point de chercher à votre réveil des traces sur votre corps de cette blessure. Il n’y en aura pas, tout comme vous ne ressentirez aucune douleur physique.

Pas satisfait mais relativement rassuré, Nox laissa échapper un soupir de soulagement. L’Agent n’y prêta pas attention, et se leva de son fauteuil.

« Voilà qui conclut ce que j’avais à vous dire sur les rêves lucides. Gagner en lucidité dans vos rêves prémonitoires vous permettra de prendre un avantage certain sur le futur : apprenez à connaître vos cibles, votre environnement, et vous aurez toutes les chances de votre côté. Vous trouverez dans votre chambre un carnet de notes avec de quoi écrire. Utilisez-les pour tenir un journal de rêve, où vous raconterez tout ce dont vous vous souviendrez de vos nuits, et ce dès le réveil. »

Alors qu’il acquiesçait, Nox se leva de son fauteuil, en tentant d’ordonner toutes ces informations dans sa tête. « Base. Baliser, Analyser, Stabiliser, Explorer. C’est la base. » Il sourit à sa propre blague, et, regardant l’Agent, il lui demanda :

« Je ferai de mon mieux pour exploiter ces pistes. Y a-t-il autre chose que je devrais savoir par rapport aux rêves lucides ?

–          Il y a encore quelques éléments, oui, mais rien de bien essentiel. Vous en avez beaucoup appris aujourd’hui, commencez déjà par assimiler et maîtriser tout ça. Le reste viendra avec l’expérience. »

Ils se dirigeaient maintenant hors de la salle d’entraînement. Alors que Nox prenait le chemin de ses appartements, l’Agent l’interpella.

« Tant que je vous tiens, je vous conseille de faire la connaissance des autres membres de la BDJ. Ils sont absents pour le moment, mais devraient revenir de mission demain. Ce sera l’occasion. De plus, les repas se font à midi et vingt heures généralement. Thunder fait une excellente cuisine. Ne manquez pas de les rejoindre et partager ces moments avec eux.

–          Avec grand plaisir. Je m’étonnais justement de n’avoir croisé aucun d’eux hier, hormis Thunder. »

Sur cet échange, Nox entreprit d’atteindre sa chambre.

 

***

 

Il était déjà tard lorsque Nox termina de mettre sur papier l’ensemble des informations que lui avait délivrées l’Agent. Il avait organisé son entraînement onirique en deux carnets : le premier contenait les méthodes et infos utiles, le deuxième serait son journal de rêve.

Après avoir préparé et savouré un repas rapide, Nox s’effondra sur son lit. Il sentait la fatigue gagner son corps, malgré le peu d’activité dans la journée. Voulant tenir la promesse qu’il s’était fait à lui-même de faire du sport régulièrement, il avait fait une heure de tapis de course après avoir rejoint ses quartiers.

« Je parle de dormir dans la salle d’entraînement, et je fais du sport dans ma chambre », pensa-t-il avec ironie.

Il n’avait pas croisé Thunder aujourd’hui. Il repensa à ce que lui avait dit l’Agent : les autres membres de la BDJ seraient de retour de mission demain. Il se demanda quel type de mission ils pouvaient bien effectuer. Et il espérait que son rôle de petit nouveau dans le groupe ne lui collerait pas trop à la peau.

Se noyant peu à peu dans ses pensées, Nox sentit qu’il était sur le point de dormir. Il but d’une traite le thé vert qu’il s’était préparé en avance, et essaya d’appliquer les consignes qu’on lui avait données plus tôt.

« Je veux me souvenir de mes rêves lorsque je me réveillerai. »

Alors qu’il se concentrait sur cette envie, il ne put empêcher son esprit de divaguer à diverses pensées. Si Thunder lui avait fait faire le tour des locaux, il n’avait pas visité grand-chose du bâtiment.

« J’aurais qu’à  visiter demain, voire faire la visite complète avec le reste de l’équipe… »

C’est sur cette pensée qu’il s’endormit profondément, son carnet de notes encore en main.

 

***

 

Nox se réveilla en sursaut, entendant quelqu’un toquer à la porte de sa chambre. Il alla ouvrir, mais ne découvrit personne dans le couloir. Piqué par la curiosité, il entreprit de faire un petit tour pour retrouver la trace du blagueur qui l’avait réveillé. C’est alors qu’il perçut un léger bruit, près des escaliers de mi-couloir. En s’en rapprochant, il lui sembla que le bruit venait de l’étage. Il se décida à monter les marches, mais à ne pas s’aventurer trop loin, car ce n’était peut-être pas si utile que ça.

Arrivé en haut de l’escalier, il marcha le long du couloir, jusqu’à arriver dans le hall de l’étage. Le bruit se faisait plus précis, et s’apparentait à un murmure. C’est alors qu’il aperçut la personne responsable de sa venue : dans le hall de l’étage se trouvait un homme, dans ce qui ressemblait à une cellule dans le mur. S’habituant peu à peu à l’obscurité, il vit plus précisément le mur en question : il formait une voûte de laquelle descendaient des barreaux, formant une cellule semi-circulaire incluse au mur : plus de doute possible, l’homme était emprisonné. Pourtant, il marmonnait nonchalamment dans sa barbe.

Alors que Nox s’approchait encore, ce dernier releva la tête. Ses yeux étaient d’un bleu très clair, et luisaient dans la nuit.

« Salut, le nouveau. »

A ces paroles, tout devint plus obscur, et Nox se réveilla d’un coup.

 

***

 

Asséché, Nox se leva péniblement de son lit et alla boire un verre d’eau. Il s’assit à son bureau, journal de rêve en place et stylo à la main, et y narra sa petite escapade nocturne.

Très vite, le tout était retranscrit sur le carnet. Nox en fut satisfait, car il était bien décidé à mesurer l’impact de son rêve de suite. Il sortit de sa chambre, et prit le même itinéraire que dans son rêve : s’il ne connaissait pas vraiment les lieux, il s’avérait que tout correspondait à ce qu’il avait vu dans son sommeil, et il n’avait alors qu’à suivre les traces de son double onirique pour avancer vers son objectif.

Parvenu à l’étage supérieur, le troisième, il se faufila jusqu’au bout du couloir.

C’est là qu’il le trouva. L’homme de son rêve. Il s’en approcha doucement, avec plus de précaution encore qu’il ne l’avait fait dans son rêve. L’homme, dans sa cellule, était en train de lire, si bien qu’il ne remarqua la présence de Nox que lorsque celui-ci fut arrivé devant les barreaux de sa demi-chambre. Il baissa son livre, et pencha la tête vers son visiteur.

« Ce bleu… », pensa Nox en voyant le regard du prisonnier percer la nuit.

« Salut, le nouveau », lança alors simplement le détenu.

Ne sentant aucune hostilité en lui, Nox lui posa la première question qui lui vint à l’esprit :

« Comment tu sais qui je suis ?

–          Tout le monde parle de toi depuis quelques jours. Depuis que les Agents ont trouvé ta signature exactement. Difficile d’ignorer ton existence.

Interloqué, Nox resta sans voix un moment. La réponse avait de quoi surprendre, mais elle ne contenait pourtant ni mépris, ni intérêt. Nox, par contre, avait mille et une questions en tête.

« Comment ça se fait que tu sois… emprisonné dans cette espèce de cellule ? Tu es un membre de la Bad Dreams Justice toi aussi ?

–          Oui. Enfin, je sais pas si on peut dire que j’en fais encore partie, même si je pense que oui. J’ai été enfermé ici car ils me considèrent… instable.

–          Qui ça, les Agents ?

–          Oui. A cause de mon pouvoir. Je ne le contrôle pas toujours totalement, et ça fait de moi quelqu’un de dangereux. Alors tu comprends, m’isoler ici, c’est plus sûr pour tout le monde.

Nox restait impressionné par le détachement avec lequel parlait cette personne. Comme si sa condition était tout-à-fait normale, ou qu’il s’était résigné.

« Au fait, je ne t’ai même pas demandé ton nom.

–          Je m’appelle Jugo. Ravi de faire ta connaissance. Et toi ?

–          Moi c’est Nox. Enchanté. Désolé d’avoir à te rencontrer dans ces conditions.

–          Oh, on s’y fait. C’est pas comme si tu y étais pour quelque chose.

–          Hmm… Dis-moi, c’est quoi ton pouvoir ? Il doit être énorme, si tu as été enfermé ici !

Nox réalisa le manque de tact dont il venait de faire preuve. Pourtant, il crut percevoir un léger sourire en coin sur le visage de Jugo. Il allait répondre à l’enthousiasme de Nox, quand il se ravisa.

« En fait, je ne sais pas trop si je peux en parler. J’imagine que les autres en parleront bien assez vite, mais moi je n’aimerais pas me mettre les Agents à dos. Tu peux le concevoir.

–          Oui, évidemment. Désolé si j’ai été indiscret. Tout ça est assez nouveau pour moi. »

Soudain, une lueur sembla enflammer le regard de Jugo, comme un pique d’excitation qui jaillissait en lui. Il s’exclama avec vigueur :

« Par contre, toi, rien ne t’empêche de me dévoiler ton pouvoir ! Ça fait longtemps qu’on n’a pas eu de nouveau à la BDJ ! »

Amusé par cet entrain, Nox lui révéla ce qu’il voulait savoir :

«  Je peux voir le futur en rêve. Même si je ne le contrôle quasiment pas pour le moment. Il s’est éveillé il y a quelques jours seulement. »

Jugo, pleinement satisfait, rétorqua :

« Yes ! J’en étais sûr : tu es l’Héritier de ce pouvoir-là ! En même temps, il ne restait pas beaucoup de possibilités. Chouette ! Ça a l’air d’être un pouvoir très sympa. Fais-en bon usage !»

Cet intérêt soudain chez le jeune homme décrocha un petit rire chez Nox, quand un double bip se fit entendre. Jugo regarda à son poignet, qui arborait une grosse montre d’où s’était échappé le son.

« C’est qu’il commence à se faire tard, fit Jugo. Tu devrais penser à aller dormir, si ton pouvoir implique un entraînement de nuit. D’autant que les journées à la BDJ ne sont pas toujours de tout repos.

–          Oui, tu as raison. Je ne sais pas ce que les Agents me réservent pour demain, mais quelque chose me dit que ça va pas être une journée facile.

–          Bon courage dans ce cas. N’hésite pas à passer me voir de temps en temps !

–          Bon courage à toi, et oui, je passerai avec plaisir ! »

Sur cet échange, Nox  se retira dans ses appartements, croulant sous ses pensées. Il s’était passé tellement de choses ces dernières quarante-huit heures, et cela semblait bien parti pour devenir son quotidien à la Bad Dreams Justice.

« Aller de surprise en surprise, c’est peut-être une bonne chose pour moi. Ça me changera. »

 

***

 

Nox se réveilla de bonne heure. Il avait rêvé cette nuit, mais pas de rêve lucide. Il confina tout de même ses péripéties dans son carnet, et se rendit à l’entrée du Hive, où il trouva un Agent. Il n’arrivait pas encore à les différencier –le pourrait-il un jour ? Ils semblaient être en tous points identiques.

« Des frères jumeaux, peut-être ? », songea Nox.

L’Agent lui indiqua que Thunder était en train de préparer le déjeuner. Les membres de la Bad Dreams Justice mangeraient tous ensemble dès leur retour de mission, et ils iraient en salle de réunion pour le briefing concernant leur prochaine opération.

La première de la Bad Dreams Justice incluant Nox. Ce dernier ressentit un petit coup de pression, mêlé à une pique d’excitation. Après tout, il allait enfin reprendre du service, même s’il ne savait pas du tout à quoi s’attendre.

Avant de se diriger vers la cuisine pour aider Thunder, Nox céda à un sursaut de curiosité, et posa une question à l’Agent :

« Je sais qu’on aura le briefing tout-à-l’heure, mais quel est l’objet de la mission exactement ? »

L’Agent marqua un temps d’arrêt, puis lui donna un semblant d’indice qui ne manqua pas de faire mouche :

« Puisque nous vous dévoilerons l’opération en détails lors de la réunion, je ne vous dirai que ceci : il s’agit de reprendre le dossier de l’affaire Vyper, auquel vous avez déjà été confronté lors de votre service à la Brigade. »

A ces mots, Nox resta bouche bée, tandis que l’Agent s’éloignait. Le coup de pression que Nox avait ressenti à l’annonce de sa première mission dans la BDJ s’intensifiait : non seulement elle marquerait sa reprise de service, mais de surcroît elle le confronterait à son échec le plus récent.

La tête lourde de pensées, il se dirigea vers la cuisine pour retrouver et aider Thunder à préparer le repas. Les autres membres de la BDJ allaient bientôt arriver.

 

***