Le chapitre 4 est là !

 

Bonjour à tous ! Il est l’heure de vous fournir le quatrième chapitre de Bad Dreams Justice, en espérant qu’il vous plaira ! Pour ce chapitre, ainsi que les deux prochains à venir, les ePubs ne seront pas disponibles dès publication, mais arriveront peu de temps après : le logiciel utilisé pour générer les ePubs n’étant pas installé sur mon PC personnel, il me faudra patienter pour pouvoir vous les proposer. Désolé pour ce léger inconvénient !

 

Sur ce, il est temps de vous laisser simplement profiter du chapitre. Bonne lecture à tous !
Pour télécharger le quatrième chapitre de Bad Dreams Justice en PDF, cliquez ici !

Pour télécharger le quatrième chapitre de Bad Dreams Justice en ePub, cliquez ici !

 

 

Bad Dreams Justice – Chapitre 4

 

Thunder apprécia le renfort que lui offrait Nox. Ce dernier en profita pour échanger un peu avec lui, tout en partageant leur savoir culinaire pour concocter quelque chose de goûteux  à l’ensemble du groupe.

Rapidement, Nox put se faire un petit portrait de Thunder : c’était quelqu’un de dynamique, enjoué, serviable. Le bon gars de l’équipe, à n’en pas douter.

« Tu crois que ça suffira pour sept personnes ?

–          Cinq, lui répondit Thunder.

–          Cinq ?

–          Oui. Les Agents ne mangent jamais avec nous. Je ne suis pas sûr de les avoir déjà vus manger par le passé à vrai dire. Cela dit, je pensais que tu suggérerais un chiffre de 4 ou 6, selon si tu comptais les Agents ou non. Tu as fait la connaissance de Jugo ?

–          Oui, je l’ai croisé cette nuit, en visitant un peu. C’était une rencontre… surprenante.

–          Haha, oui, Jugo fait cet effet-là. Il a un bon fond. C’est dommage, sa situation. Bien dommage, si tu veux mon avis. »

Nox était sur le point de faire part à Thunder de ses nombreuses interrogations quant à Jugo, mais il fut coupé dans son élan par un brouhaha à l’entrée du bâtiment.

« Voilà la compagnie », déclara Thunder.

Nox respira un grand coup. L’équipe au complète ? Il avait beau l’avoir imaginé encore et encore ces dernières heures, l’impatience restait présente. Enfin le moment tant attendu ! Ils se dirigèrent vers l’accueil, à la rencontre des arrivants.

 

***

 

« Oh, des nouveaux ! Bienvenue à la Bad Dreams Justice ! »

Le jeune homme blond en face d’eux eut un petit rire enjoué, tandis que la jeune femme rétorqua :

« Tu vas nous la faire à chaque fois, Thunder ? Présente-nous plutôt au nouveau ! »

A ces propos, elle lança un regard à Nox, que le jeune homme approchait déjà en tendant sa main pour le saluer. Nox la lui serra, et se présenta poliment :

« Je suis Nox. Enchanté, et ravi de faire partie de votre équipe !

–          C’est qu’il est poli en plus.

–          Enchanté. Je suis Narsus. Et la jeune femme un peu trop franche, c’est Cater.

–          Franche, franche. C’est vous qui manquez de tonus, voilà tout. En tout cas, on a faim !

–          Le repas est prêt, figure-toi. Et Nox a mis la main à la pâte !

–          Oh, c’est Thunder qui a tout fait. Je l’ai surtout distrait en discutant avec lui.

–          D’ailleurs Nox, il paraît que nos pouvoirs vont bien ensemble, mais ça ne veut pas dire que je serai ta nounou sous prétexte que tu es nouveau ! », lança Cater.

Cater n’attendit pas une seconde de plus, et se faufila dans le bâtiment en direction de la table où était servi le repas. Narsus, Thunder et Nox lui emboitèrent le pas. Ravi d’enfin les rencontrer, Nox observait avec précaution ses nouveaux collègues : Narsus avait le calme de Jugo et le charisme de Phill, ainsi que de magnifiques cheveux longs et blonds, très soignés. Cater, elle, avait les cheveux plutôt courts, partant sur le côté, le tout faisant penser à une coupe de cheveux qu’aurait une de ces héroïnes de manga. Elle semblait pleine d’énergie, peut-être un peu trop pour Nox. Si le pouvoir de Cater et le sien se complétaient, nul doute que leur caractères étaient diamétralement opposés.

Ils se mirent à table, et Thunder, en bon volontaire, fit le service pour tout le monde. Il fut convenu que l’on apporterait son repas à Jugo avant d’aller en salle de réunion. Et comme il s’en doutait, Nox fut assailli de questions et de déclarations.

« Alors, tu faisais quoi avant ?, demanda Cater.

–          Je travaillais à la Brigade, une sorte d’organisation militaire privée.

–          Ah ouais, comme un mercenaire quoi !, s’exprima Thunder. On pouvait presque voir des étoiles briller dans ses yeux.

–          C’est inutile les Sociétés Militaires Privées, déclara Cater. Ça ne sert qu’à globaliser des conflits en propageant la guerre. Je vois difficilement comment faire confiance à un ancien mercenaire ».

Nox ne sut que répondre. Cater n’était pas seulement franche, elle se montrait aussi particulièrement cinglante. Alors qu’il cherchait une réponse adéquate, ce fut Narsus qui intervint pour sa défense :

« Tu dis ça, mais la Bad Dreams Justice n’est pas différente dans son fonctionnement. La seule divergence vient du fait que les missions viennent des Agents. »

La réponse de Narsus réchauffa le cœur de Nox. Il se montrait très calme, sûr de lui : Nox sentait que l’on pouvait compter sur Narsus.

« Mouais. N’empêche que nous, on agit pour le Bien. C’est pas toujours le cas des SMP. », grommela Cater en finissant son assiette.

Thunder vint détendre l’ambiance, comme il semblait savoir le faire mieux que personne :

« Hahaha, regardez-la bouder ! Alors, on s’est fait recadrer par papa Narsus ? »

Le décalage entre l’humeur de Cater et la réplique de Thunder fit mouche, et déclencha un rire sincère de Narsus, qui se propagea à Thunder et Nox. Cater fit mine de bouder, mais son visage perdit de sa rigueur, et elle se mit à rire elle aussi en tirant la langue en direction de Thunder.

Le reste du repas fut détendu, et Nox en apprit beaucoup sur chacun d’eux, notamment sur leur pouvoir. Ainsi, s’il savait déjà que Cater pouvait voir les conséquences d’un choix à court, moyen ou long terme, il apprit que Narsus possédait le pouvoir d’accélérer ou ralentir le temps, sur un phénomène ou un espace ciblé.

« Si tu veux tout savoir, lança Thunder, Cater est une véritable gamine ! Elle semble avoir trente ans uniquement parce que Narsus a accéléré la croissance de son corps à sa demande !

–          Hey, qui t’a demandé de balancer ?, rétorqua Cater.

–          Tu peux faire ça ?, demanda Nox à Narsus d’un air impressionné.

–          Oui, je peux accélérer ou ralentir le temps sur un phénomène ciblé, mais l’utilisation de mon pouvoir pique dans mon énergie vitale. J’ai longtemps refusé, car je ne voulais pas gaspiller mon énergie, mais maintenant que tu connais Cater, tu t’imagines bien comme elle peut être insupportable tant qu’elle n’a pas ce qu’elle veut. »

Juste après avoir terminé sa phrase, il esquiva machinalement une assiette que venait de lui lancer Cater. Si le geste parut normal pour tout le monde, Nox était estomaqué. Alors qu’ils plaisantaient et discutaient bruyamment, l’ancien agent secret réalisa à quel point il trouvait ce repas chaleureux, lui qui avait toujours eu pour habitude de manger seul. Son travail à la Brigade l’avait tenu relativement éloigné de toute vie de famille, et cette ambiance bon enfant lui faisait chaud au cœur. Il fut cependant coupé dans ses pensées par Narsus :

« Je vais apporter son repas à Jugo, tu veux m’accompagner ? »

Nox accepta poliment, et alors que Cater se plaignait d’être laissée en retrait avec Thunder, celui-ci lui répondait qu’elle pourrait, pour une fois, l’aider à faire la vaisselle.

 

***

 

Ils arrivèrent rapidement à la chambre du détenu. Jugo était en train de lire, comme la veille. A leur arrivée, il leva la tête, et les salua.

« Désolé pour l’attente, le repas était plus long que d’habitude, s’exprima simplement Narsus.

–          J’imagine qu’avec un nouveau dans l’équipe, elle a encore fait des siennes, plaisanta Jugo.

–          Comme tu dis. Cela dit, c’est bon signe : je crois qu’elle t’aime bien, Nox.

–          C’est pas du tout l’impression qu’elle donne », soupira ce dernier.

Narsus glissa l’assiette à Jugo, qui la saisit et la posa sur son lit. Narsus reprit :

« Désolé, mais nous n’allons pas pouvoir te tenir compagnie cette fois. Nous devons nous rendre dans quelques minutes en salle de réunion pour le débrief de la prochaine mission.

–          Pas de souci, passez quand vous aurez le temps. »

Narsus acquiesça, et commença à s’éloigner. Nox salua Jugo, qui lui sourit en retour, et se mit en direction de la salle de réunion aux côtés de Narsus.

Sans oser rien dire, Nox spéculait mentalement sur les raisons de la captivité de Jugo, sur la nature de son pouvoir, etc. Alors qu’ils marchaient, Narsus lui lança un regard, et le vit ainsi perdu dans ses pensées. Il prit alors la parole :

« J’imagine que tu as des tas de questions sur Jugo, devina Narsus.

–          A vrai dire, oui. Je me demande pourquoi il est retenu prisonnier. Et quel est son pouvoir, aussi. »

Narsus prit une légère inspiration, et s’exclama :

« Le pouvoir de Jugo est relativement puissant : il peut stopper le temps sur un espace ciblé. Pour ça, il cible avec sa main, voit le temps se modeler autour de sa cible jusqu’à former une bulle, et en fermant la main, il relâche le pouvoir.

–          Mais cela ne fonctionne pas comme le tien, qui puise dans ta vitalité ?

–          Non, pas pour Jugo. Même si l’utilisation de son pouvoir peut l’épuiser à lui faire perdre connaissance, il ne peut pas le tuer. C’est une des raisons de sa captivité.

–          Parce que son pouvoir est trop puissant ? Jugo m’a dit être considéré comme instable.

–          J’imagine qu’il ne t’en a pas dit plus ?

–          Non, pas plus. »

Arrivés là où ils avaient mangé, ils remarquèrent l’absence de Cater et Thunder. Ils se dirigèrent alors vers le hall du bâtiment, en vue de prendre l’ascenseur et d’accéder à la salle de réunion. Une fois dans l’ascenseur, Narsus reprit la discussion là où elle avait été laissée :

« Comme tu le sais, les pouvoirs se transmettent à la mort de leur détenteur. Ainsi, je suis l’Héritier du pouvoir de dégénérescence temporelle. Or, lorsque mon espérance de vie sera épuisée, mon pouvoir se transmettra au même moment. Jugo… fonctionne différemment.

–          C’est-à-dire ?

–          Il y a longtemps, à une époque où la Bad Dreams Justice était déjà créée, tous les possesseurs de pouvoir ne souhaitaient pas forcément s’allier dans le but de faire le Bien dans le monde. Beaucoup agissaient par intérêt, d’autres tentaient de mener une vie normale… Il y avait un peu de tout, question profil. Et en de très rares occasions, certains possesseurs de pouvoirs se sont affrontés. On ne sait pas trop pourquoi ni comment, mais on imagine que les uns jalousaient les pouvoirs des autres, ou avaient des comptes à régler par rapport à l’utilisation qu’ils en faisaient. »

Nox écoutait avec attention. Il n’avait jamais imaginé que des détenteurs de pouvoirs aient pu s’affronter par le passé. Bad Dreams Justice, tel que ça existait aujourd’hui, sonnait comme un doux rêve en comparaison. Narsus continua :

« Mais ce n’est pas important. Là où je veux en venir, c’est Jugo. Un de mes ancêtres, en termes de possession de pouvoir, l’a affronté. Il a utilisé la dégénérescence temporelle contre Jugo, si bien que l’horloge interne de Jugo s’est tout simplement stoppée.

–          Tu veux dire qu’il est…

–          Immortel, oui, en quelque sorte. Le temps n’influe pas sur lui, il ne peut pas mourir de mort naturelle.

–          Attends, tu parlais d’un combat ayant eu lieu longtemps avant. Quel âge a Jugo ?

–          Personne ne sait. Jugo lui-même a arrêté de compter, et ne s’en souvient pas vraiment. Les Agents, eux, doivent pouvoir retracer le fil de son existence, mais ils n’ont pas jugé bon de nous en faire part.

–          Mais, quel rapport entre son grand pouvoir et son incarcération ? S’il est si fort, pourquoi ne pas exploiter cet incroyable potentiel ?

–          Essaie de te représenter la chose. Cela fait des siècles que Jugo existe, qu’il voit les gens naître et mourir. Si le temps n’a pas d’effet sur son corps, sa santé mentale, elle, n’est pas épargnée. C’est pour cela qu’il est considéré comme instable par les Agents. Lorsque Jugo perd le contrôle, il déchaîne son pouvoir, sans distinguer s’il fait le Bien ou le Mal. »

Nox ne sut que répondre. Si Jugo lui avait parût très détaché et paisible, il réalisait maintenant à quel point l’homme aux yeux bleus avait dû se sentir seul, tout au long de son existence. C’était incroyablement triste, et Nox n’avait tout simplement pas les mots. Ils sortirent de l’ascenseur, et se dirigèrent vers la salle de réunion. Narsus poursuivit :

« Cela dit, Jugo n’a jamais perdu totalement la raison. Il a toujours fini par revenir. Grâce aux Agents, évidemment. Mais s’ils n’ont jamais entrepris d’abréger sa souffrance, c’est qu’ils croient encore en lui. Tout comme Jugo est persuadé qu’il peut encore faire le Bien.

–          Il n’a jamais tenté de mettre fin à ses jours ?

–          Non, jamais. Il a toujours pris sur lui. Tu sais, s’il le voulait, il pourrait s’échapper relativement facilement de sa cellule. Mais il préfère se tenir à l’écart, et attendre le moment où il pourra se sentir utile. Pour moi, cela fait de lui un formidable membre de la Bad Dreams Justice. »

Nox ne pouvait être plus d’accord. Cette histoire lui fit un frisson dans le dos, quand il remarqua qu’ils étaient arrivés devant la salle de réunion. Narsus se tourna vers Nox, et, comme pour conclure, il lui dit :

« Tu l’auras compris, je tiens Jugo en haute estime. Il a un bon fond, et j’ai la certitude qu’il mérite sa chance, peu importe ce qu’en disent les Agents. Alors considère-le comme un membre à part entière de l’équipe, et ne néglige pas ta relation avec lui. Une fois son attention obtenue, c’est un excellent partenaire de discussion.

–          Je n’y manquerai pas », promit Nox.

La conversation terminée, ils entrèrent dans la salle de réunion. Les Agents, Cater et Thunder les y attendaient.

 

***

 

Alors qu’ils prenaient place, l’un des Agents initia le débrief.

« Dès la fin de cette présentation, l’opération Sibi commencera. Il s’agit de recruter en tant que membre de la Bad Dreams Justice la dernière personne dont nous avons pu identifier une signature temporelle, Laetitia Scofield, plus connu sous l’alias Lina. Tout indique qu’elle possède le pouvoir de courir plus vite que le temps, ce qui est très utile pour infiltrer les lignes ennemies, ou s’échapper, par exemple. »

Telle une enfant qui se fait toute sage devant les professeurs, Cater leva la main pour intervenir. L’Agent lui donna la parole d’un signe de tête.

« Comment va-t-on l’approcher, si elle peut se déplacer plus vite que le Temps ?

–          Je vous accompagnerai pour cette mission. Il suffira qu’un de nous la ceinture, de manière à ce qu’elle ne puisse plus bouger, et nous lui ferons le topo sur la Bad Dreams Justice. »

Ce fut au tour de Thunder de réagir :

« Vous croyez vraiment qu’elle aura envie de nous rejoindre si on l’immobilise pour lui parler ?

–          J’y viens, et je vais vous expliquer pourquoi elle coopèrera. L’opération Sibi fait suite à l’opération Venom entreprise par la Brigade d’où vient Nox. Cette opération avait pour but de faire rencontrer à Nox un informateur, en vue de démanteler un large réseau illégal. Or, l’informateur en question est un dénommé Vyper. »

Nox scruta les réactions. Visiblement, il était le seul ici à avoir déjà entendu ce nom. Quoi qu’il en soit, l’Agent reprit. Nox avait hâte d’entendre ce que Vyper pouvait avoir à faire avec cette nouvelle opération.

«  Vyper n’est pas un simple informateur. A chaque fois que nous avons approché l’un d’entre vous, à toute époque, il était présent aux alentours. Hormis pour Jugo. Toujours est-il que, depuis qu’il a fait feu sur Nox lors de l’opération Venom, nous le suspectons d’être en charge de missions d’assassinats liées aux détenteurs de pouvoirs temporels. »

Cette fois, c’est Narsus qui voulut poser une question :

« Mais, n’êtes-vous pas les seuls, vous les Agents, à pouvoir repérer et identifier une signature temporelle ?

–          Nous le pensions. Mais de toute évidence, quelqu’un d’autre en est capable, et tout porte à croire que c’est Vyper. Nous ne sommes cependant pas sûrs qu’il agisse seul. De plus, le fait qu’il soit dans les parages lorsque nous-mêmes passons à l’action, signifie que Vyper ou celui qui repère les signatures temporelles les repère en même temps que nous. Ce qui veut dire qu’il ne faut pas traîner. »

Avec une voix presque conciliante, Narsus ne manqua pas de rappeler :

« Vous n’avez toujours pas expliqué pourquoi elle coopèrera. »

La remarque fit rire Cater, qui se ravisa sous le regard des Agents.

« Effectivement. Sa coopération est basée sur ce que nous allons lui dire. Vyper est connu pour sa fourberie : par exemple, lors de l’opération Venom, il avait avec lui deux gardes du corps armés, alors que les accords de sa rencontre avec Nox stipulaient qu’il devait y aller seul et sans arme.

–          Oui, mais c’est uniquement parce que j’ai fait venir des renforts, ce qui a créé un climat trop calme et éveillé la suspicion chez Vyper. Sans ça, il serait venu seul, indiqua Nox.

–          Pas forcément. Cette chaîne de causalité est possible, mais elle n’est pas la seule à envisager. Vyper aurait pu tout-à-fait être accompagné même si votre mode opératoire n’avait accueilli aucun renfort de dernière minute. Comme nous vous l’avons expliqué précédemment, Nox,  il n’y pas toujours que deux futurs possibles. »

Nox eut comme un déclic : ce qui lui paraissait jusque-là compliqué s’avéra finalement logique et compréhensible. L’Agent reprit :

« Pour obtenir sa coopération, nous avons donc fait jouer nos relations pour mettre en sécurité sa famille, en misant sur le fait que Vyper aurait tenté de faire pression sur elle en la menaçant de représailles si elle ne coopérait pas avec lui. En prenant cette précaution, le plan potentiel de Vyper sera réduit à néant, et il ne nous reste donc qu’à l’approcher avant lui, afin de la ramener en sécurité. Le fait que Vyper se soit intéressé de près ou de loin à chacun d’entre vous montre qu’il a un intérêt à entrer en contact avec vous avant de tenter de vous tuer. Peut-être était-ce différent avec Nox, dont le cadre de la rencontre était orchestré et relativement contraignant pour que Vyper tente une quelconque négociation.»

Nox déglutit. Il allait à nouveau se mesurer potentiellement à Vyper. L’heure était venue de prendre sa revanche. Cela dit, il n’aurait jamais imaginé que Vyper soit quelqu’un d’aussi dangereux, pour que même les Agents s’en méfient de la sorte.

« Si vous n’avez pas de questions, je déclare l’opération Sibi lancée. »

Nox, Narsus, Cater, Thunder et un des Agents se dirigèrent alors vers l’armurerie. Les uns discutaient avec les autres, et Cater semblait particulièrement enjouée :

« Une autre fille dans l’équipe ! Ça manquait. Il y a plus de femmes sur Terre, et pourtant regardez-moi ça : tous les pouvoirs vont dans les mains des hommes, comme s’ils n’envahissaient pas déjà assez la société !

–          Ça n’a pas toujours été le cas, lui répondit l’Agent. Par le passé, de nombreuses femmes ont été pourvues de pouvoirs temporels. La distribution étant aléatoire, il s’agit là d’une génération assez inégale, voilà tout. »

Cater ne répondit pas. Si la réponse était tout ce qu’il y a de plus logique, elle ne la satisfaisait tout de même pas.

Parvenus à l’armurerie, l’Agent équipa tout le monde d’un arsenal relativement discret : un pistolet, un couteau, une grenade fumigène pour Narsus, une grenade flash pour Thunder, et un talkie-walkie chacun. Ils allèrent alors à l’extérieur du bâtiment, et montèrent dans la voiture que Nox avait déjà visitée lors de sa conduite à la Bad Dreams Justice. L’Agent leur estima une vingtaine de minutes avant d’arriver à destination.

L’ambiance s’alourdit : tout le monde fit mine de se concentrer et de se préparer au bon déroulement de l’opération. C’est ainsi que commençait la première mission de Nox au sein de la Bad Dreams Justice.

 

***

 

« C’est ici. Elle devrait être dans ce bâtiment, chez elle. Nous allons simplement toquer à la porte, et clôturer l’espace. Il se peut qu’elle ait déjà été approchée par Vyper, auquel cas il faut se préparer à d’éventuels pièges, voire une tentative directe d’assassinat de sa part. »

Personne ne répondit. Ils sortirent de la voiture, et se dirigèrent à l’entrée de l’immeuble. Celle-ci étant déjà ouverte, la tâche n’en serait que plus facile : il suffirait de toquer directement à la porte, comme s’il s’agissait de quelqu’un du voisinage.

« Selon la boîte aux lettres, elle habite au numéro 12, dit Thunder.

–          Quand même, le recrutement d’un membre de la BDJ, je voyais ça plus stimulant, s’exclama Cater alors qu’ils montaient au premier étage.

–          Ça ne peut pas être épique à chaque fois », répondit simplement Narsus.

Ils arrivèrent devant la porte d’entrée de l’appartement. Nox sentit la cadence de son cœur augmenter : c’était ici que vivait une Héritière de pouvoir, comme lui. C’était, à n’en pas douter, un moment crucial de sa carrière dans la BDJ, même si l’ambiance semblait relativement classique.

Thunder toqua à la porte, alors que Nox et Narsus prirent position à droite et à gauche de l’entrée, prêts à réagir en cas de pépin. Ils patientèrent ainsi quelques secondes, et ce fut Cater, en retrait, qui brisa le silence :

« Alors, oui, c’est bien beau tout ça, mais on fait quoi si elle ne répond pas quand on toque ? »

Sans même lui répondre, Thunder toqua une nouvelle fois, plus fort. Peut-être qu’elle n’avait pas entendu frapper à la porte la première fois.

Au bout d’une vingtaine de secondes, l’Agent prit la parole :

« Il s’est peut-être passé quelque chose. Poussez-vous, je vais défoncer cette porte. »

Narsus et Nox s’écartèrent, et, avec un seul pas d’élan, l’Agent enfonça la porte du domicile. A l’ouverture de la porte, un fil se tendit derrière celle-ci, et ils entendirent un « tchac », comme s’ils venaient de déclencher un mécanisme.

« Restez prudent, je vais passer devant », dit l’Agent.

Un par un, ils pénétrèrent dans l’appartement. Aucun piège à l’entrée, juste un fil qui partait de la porte et allait un peu plus loin dans la maison, visiblement dans la pièce la plus éloignée. Une petite mélodie se fit alors entendre, dès l’activation du mécanisme. Elle était très simple, mais en même temps très stressante, au vu de l’ambiance étouffante qui régnait désormais.

Il n’y avait rien au salon, ni dans la cuisine. Salle de bain et WC, tout semblait normal. Il ne leur restait qu’une pièce à visiter. La mélodie se faisait entendre plus fortement : c’était de cet endroit qu’elle venait. Contrairement aux autres pièces, l’Agent ouvrit celle-ci avec vigueur, pistolet en avant.

Et c’est une vision cauchemardesque qui se présenta à eux. Laetitia Scofield était là, nue, crucifiée au mur, dans une mare de sang. On pouvait voir deux impacts de balle au niveau de son cœur. Au-dessus d’elle, sur le mur, était écrit en lettres de sang « DOMMAGE POUR VOUS, AGENTS ».

Tous eurent un haut-le-cœur. Tandis que Cater recula, horrifiée, Thunder fit de même, et Narsus demanda à l’Agent :

« C’est bien elle ?

–          Oui, à n’en pas douter. Et c’est récent. Très récent. »

Narsus posa deux doigts contre le cou nu de la jeune femme : il ne sentit aucun pouls. L’Agent leur demanda à tous de reculer. Narsus, plus proche que les autres, cru percevoir une lumière émanant de l’Agent lorsque celui-ci posa deux doigts contre son cou.

« Son pouls bat encore. Elle est dans une situation critique, mais nous allons la mettre dans une des capsules de soin du Hive. Il semble difficile qu’elle en réchappe, mais nous devons au moins essayer. »

En parlant, il avait décroché Lina du mur, et la portait désormais dans ses bras.

« Nous allons la placer dans le coffre, et je me chargerai de l’amener dans une capsule de soin à notre arrivée. »

Sans un mot, ils retournèrent en vitesse à la voiture, et se mirent sur le chemin du retour. Comme les autres, Nox était tétanisé. C’était la deuxième fois que Vyper l’emportait. Que ce soit la Brigade ou la Bad Dreams Justice, il avait réussi à avoir un coup d’avance.

Il jeta un coup d’œil autour de lui : Thunder avait la mine basse, Cater tentait de ne pas laisser paraître la terreur qu’elle ressentait, sans succès, et seul Narsus paraissait relativement calme. L’Agent, lui, se montrait fidèle à lui-même : rien n’indiquait qu’il fut affecté par ce qu’il venait de voir.

Nox tenta de penser à autre chose. Il en avait vu des cas de ce genre au cours de sa carrière, mais cela restait toujours plus ou moins difficile à encaisser.

Le retour au Hive se fit sans encombre, dans une ambiance pesante que rien ne pouvait alléger. L’agent se dirigea vers le haut du bâtiment, le corps de Lina dans les bras, tandis que tous rejoignirent l’étage de leurs appartements, congédiés jusqu’à l’heure du repas. Cater fila comme une flèche, tandis que Thunder rappelait à Narsus que c’était à son tour de préparer le repas pour le soir.

« Je viendrai t’apporter un coup de main », lui dit Nox. Celui-ci accepta, et ils se séparèrent.

La journée avait été riche en événements, et Nox s’effondra sur son lit. Il avait quelques heures devant lui avant le repas. Par précaution, il mit tout de même un réveil. Ses yeux se fermèrent tous seuls, alors qu’il percevait des bruits de sanglots venant d’une pièce voisine. Cater, dans sa chambre, avait fini par céder. Le poing de Nox se serra, et une larme coula le long de sa joue sous la frustration que lui procurait son impuissance.

Alors, il s’endormit.

 

***